Friends with Vision : La photographie au temps du Covid

Nous avons contacté un certain nombre de nos Friends with Vision pour savoir comment ils s’étaient adaptés au Covid 19. Nous les avons interrogés sur les changements que la période a fait subir à leur travail et à leur modèle économique. Nous avons également voulu savoir s’ils avaient exploré de nouvelles techniques et s’ils avaient des conseils à proposer aux autres photographes Que vous cherchiez à innover, à améliorer votre travail ou à apprendre de nouvelles compétences, un changement d’approche peut parfois faire la différence, dans la vie comme en photographie.

 

 

 

Chris Lin

 

Chez Lin et Jirsa, nous avons mis en place de nouvelles procédures de sécurité lors de nos prises de vue. La plupart se basent sur les directives des autorités : masques, gel hydroalcoolique… Mais certaines sont particulière à notre secteur : utiliser le mode main libres dès que possible et une focale longue afin de maintenir la distance avec le modèle.

 

Notre modèle économique n’a pas fondamentalement changé, mais nous avons lancé quelques campagnes promotionnelles : réductions sur nos travaux encadrés et sur la pré-réservation de mini-sessions pendant les vacances, chèques-cadeaux…

 

Mon conseil aux autres photographes : rester positif ! La pandémie est certes une période très difficile, mais les réservations pour des mariages et événements en 2021 commencent à repartir. Nous avons dû réévaluer nos priorités et réduire nos dépenses, ce qui nous rendra d’autant plus compétitifs lorsque les réservations de nos clients retrouveront un rythme normal. Utilisez la période pour adopter de nouvelles techniques de marketing, développez votre présence sur le web, apprenez de nouvelles compétences.

 

linandjirsa.com

 


 

Mark Mawson

 

Cette pandémie complique beaucoup mon travail. Je me spécialise dans la photographie de fluides. J’ai donc souvent besoin d’assistants pour verser ou jeter les liquides car il m’est souvent impossible de m’occuper de cette tâche tout en prendre ma photo au bon moment.

 

J’ai dû adopter un processus plus simple. J’ai essayé de prendre des photos dans mon studio personnel pour promouvoir le travail à domicile. J’espère qu’ils plairont à des clients et que ceux-ci accepteront de m’accompagner dans cette démarche.

 

J’essaie de m’adapter. Mon conseil aux photographes serait donc de se mettre à la place du client et d’imaginer le genre d’images qu’il pourrait désirer pour représenter la période que nous traversons. J’espère que les choses reviendront à la normale d’ici peu.

 

Markmawson.com

 


 

Luke Stackpoole

 

Mon modèle économique a beaucoup changé. D’habitude, je passe mon temps à voyager et à créer des contenus un peu partout dans le monde pour mes clients commerciaux et pour les institutions touristiques locales. Bien entendu, ces voyages ne sont plus possibles. Je me consacre donc à la création de ressources pédagogiques pour celles et ceux qui voudraient mieux comprendre mon processus de travail. La période m’a également donné l’occasion de prendre un pas de recul, de réévaluer mes objectifs professionnels et de travailler à améliorer mon style.

 

Ces derniers mois j’ai me suis mis à la vidéo, ce qui s’est avéré à la fois difficile et enthousiasmant. Je crois que la vidéo jouera un rôle important dans mes futurs projets, une fois le confinement terminé. Je suis très intéressé par la récente mise en avant des drones FPV. L’un de mes prochains objectifs va être de m’en procurer un et d’apprendre à m’en servir.

 

L’agenda d’un photographe est toujours bien rempli. Je conseillerais donc de considérer ce ralentissement forcé comme une occasion de prendre un temps de recul et de réflexion, d’essayer de nouvelles choses et de diversifier votre activité pour répondre à cette « nouvelle norme » à travers une plus grande présence en ligne ou une plus grande variété d’images. J’en ai profité pour passer en revue mes archives et j’y ai trouvé quelques photos qui étaient passées au travers des mailles du filet et sur lesquelles j’ai pris du plaisir à travailler.

 
withluke.com

 


 

Holly McGlynn

 

Lorsque la pandémie a frappé, mon activité s’est évaporée du jour au lendemain. Les séances ont été annulées ou reportées sine die, et comme la crèche de mon fil a fermé, j’ai dû me consacrer à lui pendant cette période. Je me suis cependant ménagé des moments pour travailler et faire le point sur mon activité. Je propose désormais des évaluations de portfolio à destination d’autres photographes émergents ou établis. J’ai créé une page d’achat sur mon site, sur laquelle les photographes peuvent acheter une évaluation de portfolio. Ils m’envoient leurs images par WeTransfer et nous fixons un rendez-vous vidéo pour discuter et modifier le portfolio. J’ai beaucoup aimé rencontrer de nouveaux photographes, découvrir leur travail et exploiter mes compétences en édition.

 

Je suis photographe de mode, et je suis passionnée par l’écologie. J’ai donc utilisé cette occasion pour suivre une formation en ligne sur la mode et le développement durable proposée par le Centre for Sustainable Fashion au London College of Fashion. J’ai été fascinée par la complexité du domaine et par les solutions potentielles.

 

J’ai également pris du temps pour mettre à jour mon site et mes comptes sur les réseaux sociaux. J’ai aussi organisé des workshops pour des clients sur Instagram. Mais pour l’essentiel, j’ai lu et j’ai profité de ma famille en essayant de ne pas trop me focaliser sur une situation professionnelle à laquelle je ne peux rien changer. Je crois que plus rien ne sera jamais comme avant, mais il me semble que c’est positif et nécessaire. J’ai bon espoir pour l’avenir.

 

hollymcglynn.com

 


 

Markus van Hauten

 

Lors de mon voyage en Islande, en janvier, j’étais loin de m’imaginer qu’il serait le dernier avant longtemps. C’est le cas pour la plupart d’entre nous, je pense.

 

Lorsque les premières restrictions de déplacement au sein de l’UE ont été mises en place, j’ai pris conscience de l’impact gigantesque qu’un virus peut avoir sur nous. J’ai dû annuler deux voyages en raison du Covid 19 et j’ai donc dû réfléchir à de nouvelles façons d’élargir mon portfolio.

 

J’ai la chance de vivre dans une région d’Allemagne qui n’a pas connu de confinement. J’ai donc pu me consacrer à mon environnement immédiat, ce que j’avais toujours voulu faire sans en avoir le temps.

 

Autre aspect de cette crise : le recours fréquent à des conférences en ligne et à des discussions sur internet. Je reste en contact avec mes clients par le biais de webinaires et de cours en ligne.
Mais bien sûr, je sais que cette crise laisse une marque sur le secteur de la photographie. Les temps sont durs et nous essayons tous de faire au mieux. J’utilise également mon temps pour me former en ligne. Les réseaux sociaux ont pris une place considérable et je crois que leur importance va continuer d’augmenter à l’avenir.

 

van-hauten.eu

 


 

Christian Høiberg

 

Je suis basé sur les îles Lofoten, une destination touristique très populaire au large de la Norvège, et les visites photographiques constituent une part non négligeable de mes revenus. Le Covid 19 a donc eu un impact important sur mon travail. La plupart de mes workshops ont été annulés et il est très peu probable que le tourisme international reparte cette année, mais j’ai bon espoir de pouvoir enseigner la photo à mes compatriotes dans cet environnement incroyable.

 

Fort heureusement, une grande partie de mon activité consiste à enseigner la photographie sur Internet. Avec le confinement, j’ai constaté une augmentation importante de l’intérêt pour les tutoriels, les ebooks et les articles gratuits. L’annulation de mes workshops m’a donné du temps pour écrire et j’ai même pu publier un nouvel ebook ainsi que d’autres ressources sur ma plateforme.
Mon modèle économique n’a pas énormément changé, car j’ai de multiples sources de revenus. Je me suis malgré tout davantage consacré à l’enseignement en ligne et j’ai finalisé des projets sur lesquels je travaillais depuis longtemps.

 

J’ai également exploré de nouvelles techniques de post-production. J’ai travaillé sur certains projets qui me posaient un problème depuis un moment et j’ai réussi à atteindre mes objectifs en termes de style.

 

Enfin, le soleil commence enfin à revenir dans le Grand Nord et la neige fond peu à peu. Il y a donc de nombreuses possibilités de randonner. J’ai hâte de m’y remettre et de me consacrer à la prise d’images de montagnes. Elles sont magnifiques.

 

Mon conseil aux autres photographes serait de ne pas désespérer ! La période est difficile pour tout le monde, et il ne fait aucun doute que les temps à venir seront compliqués. Croyez dans votre travail et continuez à créer les photos qui vous rendent heureux. Utilisez votre temps libre pour réfléchir à votre pratique et à rattraper votre retard en post-production. Cela peut également être un bon moment pour rééditer vos anciennes photos. Je recommanderais également d’utiliser ces moments pour apprendre de nouvelles choses, qu’il s’agisse de photo ou de pratiques commerciales. Essayons de nous concentrer sur les aspects positifs. Nous allons nous en sortir !

 

www.choiberg.com

 


 

Jeff Cable

 

Je me consacre essentiellement à la photographie événementielle et aux voyages (sans parler des Jeux Olympiques). La période est donc difficile pour moi. Toutes ces activités ont été annulées. Concernant l’événementiel, nous ne savons toujours pas quand il sera à nouveau possible d’organiser de grands rassemblements. Je contacte donc mes anciens clients qui n’ont jamais sélectionné d’images parmi celles que j’ai prises pour eux, et je les encourage à les choisir et à acheter des photos et des albums. Je ne peux pas dire que mon modèle économique ait beaucoup changé, mais la quantité de travail, certainement.

 

Le mois dernier, j’ai commencé à tourner des tutos vidéo pour ma chaîne YouTube. Cela faisait des années qu’on me le demandait, mais je n’avais pas le temps. Maintenant, je l’ai. J’avais l’habitude d’utiliser iMovie pour éditer mes vidéos, mais je voulais apprendre Adobe Premiere. J’y ai donc consacré le mois dernier et je suis maintenant assez compétent. J’ai terminé 32 vidéos que je mets en ligne peu à peu. Elles seront également présentées par B&H et par d’autres partenaires.

 

Mon conseil aux autres photographes : tenez bon, ça va passer. Si vous avez vraiment besoin d’argent, adaptez votre travail et essayez de prendre des photos dès que vous le pouvez pour vous créer un revenu. Si ce n’est pas le cas, accrochez-vous et apprenez de nouvelles techniques qui feront de vous un photographe plus complet. C’est le moment idéal pour construire votre image de marque, renforcer vos efforts marketing et affronter la tempête. Vous pouvez en sortir plus fort que jamais.

 

Jeffcable.com

 


 

Marcus Schwier

 

Beaucoup de choses ont changé en cette période de Covid 19. Les espaces urbains sont utilisés différemment ; les rues de villes comme New-York ou Paris sont quasiment vide, du jamais vu.
Je suis spécialisé dans la photo d’architecture, c’est donc une occasion unique pour moi d’ajouter un nouveau chapitre à ma série « Düsseldorf Still Life » que je veux un portrait de ma ville.

 

Des lieux habituellement très fréquentés comme le centre, la vieille ville ou l’aéroport sont désertés, départis de leur fonction. Le journal « Rheinische Post » l’a très bien raconté. Ma méthode de travail habituelle est de réagir à mon environnement. Je l’enregistre comme un sismographe. Lorsque je découvre un élément qui m’intéresse, je respire plus profondément. C’est souvent l’indication d’une image intéressante.

 

original-photos.de

 


 

Sascha Hüttenhain

 

Lors du Covid 19, mon travail n’a pas fondamentalement changé. Mais le temps que j’y passe, oui. Je travaille plus ou moins comme avant, mais il y a malgré tout quelque chose de différent. Quelque chose a changé, qui devrait se normaliser avec le temps.

 

J’ai heureusement des clients pour lesquels je produis des images commerciales. Ce travail reste possible : il suffit d’envoyer le produit par courrier avec un brief, suivi d’une conférence sur Skype.
Les prises de vue humaines sont plus compliquées. Il existe une réglementation très restrictive. Mais la reprise d’un rythme normal n’est qu’une question de temps.

 

Certains projets, nouveaux ou modifiés, m’ont poussé à mettre en place de nouvelles techniques. Il est très intéressant d’identifier de nouvelles façons de voir et de travailler à cause du coronavirus.
C’est certes inattendu, mais cela peut être positif : vous avez une occasion unique de vous améliorer en tant que photographe.

 

Mon conseil aux autres photographes serait : restez calmes et attendez. Les temps sont durs et incertains mais vous ne pouvez rien y faire…
J’utilise mon temps libre pour certains projets personnels que je n’ai pas eu l’opportunité de mettre en œuvre par le passé. Je suggère donc aux autres de faire de même.

 

www.huettenhain.com