Le rôle du photographe dans les médias que nous consommons

 

En tant que photographes, nous avons un grand pouvoir. Et, comme on dit, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Le regard que nous portons sur un sujet conditionne la façon dont il sera vu par une large audience. Cette représentation est intériorisée dans la psyché publique. Les stéréotypes de genre ou de race ou l’hétéronormativité peuvent se trouver renforcés, tout comme l’effacement de groupes marginalisés. Même les photojournalistes, dont le travail consiste pourtant à documenter les choses telles qu’elles se produisent, projettent leurs propres biais, leurs propres expériences et leurs propres croyances lorsqu’ils construisent une image. Il est impossible de ne pas le faire.

 

 

Je suis photographe de mode, et j’ai lu des magazines de mode toute ma vie durant. Il serait donc facile pour moi de perpétuer ce qui s’est fait dans les décennies précédentes. J’ai intériorisé les normes esthétiques véhiculées par le monde de la mode et de la beauté depuis des décennies. Mais je dois me souvenir que les femmes constituent l’essentiel de mon public. Si je prends des photos qui renforcent l’idée qu’il faut être mince, blanche et éternellement jeune pour être belle, pour être validée, pour être vue, je nuis aux femmes, à la société et à moi-même. Il suffit de penser à l’impact que les médias peuvent avoir sur la vie des jeunes filles et des femmes, et sur leur estime d’elles-mêmes.

 

 

La première manière de changer cet état de fait – la plus évidente – est de diversifier ses modèles en termes de tailles, de couleur de peau ou d’âge. On ne peut pas se contenter de gestes symboliques ou d’événements épisodiques. L’approche doit être constante, cohérente et impliquer les directions de casting, les photographes, les rédactions des magazines, et toutes les personnes qui détiennent un pouvoir en la matière. Il est très important que chacun soit représenté dans les médias. Les médias que vous consommez façonnent le monde dans lequel vous vivez.

 

Mais la diversité du casting n’est que le sommet de l’iceberg. Comment faire lorsque le ou la photographe qui prend les images a intériorisé des biais ou des stéréotypes ? C’est pour cela que la diversité est aussi importante derrière l’objectif que devant.

 

Je n’ai jamais compris pourquoi les magazines de mode, dont le public est essentiellement féminin, demandent le plus souvent à des hommes de photographier des femmes. Les magazines, les marques et les agences, en plus d’un recul sur leurs pratiques de casting, doivent être attentifs à passer commande auprès de photographes de différents genres, origines et âges. Tant que cela ne sera pas le cas, une seule vision du monde sera reflétée.

 

 

En tant que photographe, je dois également être attentive à mes choix et remettre en cause les briefs de clients si ceux-ci posent problème. Si, par exemple, on nous demande une nudité partielle, il est nécessaire de prendre un pas de recul et de se demander pourquoi. Si celle-ci est gratuite, ou si elle est sans rapport avec le récit des images, refusez. Si le contenu ou l’ambiance des images concerne manifestement des majeurs, ne castez pas une modèle de 15 ans. Les modèles mineures devraient toujours être accompagnées sur un shooting. Pendant la séance, les décisions de coiffure et de maquillage revêtent également une certaine importance. Si votre modèle est noire, assurez-vous que la personne chargée de la coiffure soit qualifiée pour travailler les chevelures noires. Vient ensuite le passage par Photoshop. L’amincissement des modèles est constant dans la mode. C’est inacceptable. J’ai entendu des histoires de réduction du nez, d’éclaircissement de la peau, de rallongement des jambes et, bien sûr, de lissage de la peau.

 

Les photographes doivent fixer des limites claires à la retouche et ne pas modifier complètement l’apparence du modèle. Si l’on vous demande de modifier la texture d’une peau, dites non. Si l’on vous demande d’amincir un modèle, dites non. Refusez d’altérer les traits physiques ou le teint, particulièrement avec des modèles de couleur.

 

 

J’ai établi une liste des actions que les photographes peuvent entreprendre pour rétablir un équilibre :

 

  • Veillez à une diversité constante dans le casting Recruter un modèle de couleur de temps en temps ne suffit pas.
  • Si vous n’avez pas le choix du modèle, poussez votre client à une plus grande diversité de casting. S’il refuse, demandez pourquoi. Continuez à pousser, à poser la question.
  • Refusez les retouches qui amincissent les modèles, qui changent leurs traits ou leur couleur de peau.
  • Castez en respectant un âge approprié. S’il s’agit d’une séance autour du mariage, ne recrutez pas une modèle de 17 ans.
  • Questionnez les demandes de nudité ou de nudité partielle.
  • Si vous n’êtes pas disponible et qu’on vous demande une recommandation, recommandez quelqu’un issu d’un groupe marginalisé ou sous-représenté.
  • Si vous ne connaissez pas de photographe qui réponde à cette description, cherchez. Cela prend deux minutes.
  • Prêtez attention à la diversité de votre équipe créative et écoutez leurs retours sans être sur la défensive.
  • Si vous constatez un comportement inapproprié ou entendez des propos inacceptables, réagissez. Trouvez le moyen pour que votre équipe puisse faire de même, à tous les niveaux.

 

Cette liste n’est pas exhaustive. Mais si nous poussons vers le changement, il se produira. Changeons ensemble nos manières de penser et d’agir.

 
 

A propos de l'auteur – Holly McGlynn

 

 

Née à Dublin, la photographe et Friend with Vision Holly McGlynn, est l’une des plus grandes photographes de mode du Royaume-Uni. Holly travaille à Londres, et a été publiée dans des magazines comme Cosmopolitan, Grazia ou Glamour. Elle a également collaboré à des projets pour de grandes marques telles que Fabergé, Chanel, Playboy et Levi’s. La couleur joue un rôle important dans sa façon de re-présenter la féminité et remet en question la manière de montrer les femmes dans le monde de la mode. Dans ce billet de blog, elle évoque son parcours et les ques-tions de représentation dans la mode.

   

Autres articles de Holly McGlynn