Les clés d’une communication numérique fiable de la couleur

Par Ken Butts

 

Quelle que soit notre activité, le défi auquel nous sommes tous confrontés est de savoir comment fournir le bon produit au client au bon moment lorsqu’il est prêt à acheter.  Cela est particulièrement vrai dans le secteur de l’habillement. Les préférences des consommateurs changent rapidement et le fait de ne pas avoir des produits qui correspondent à la tendance actuelle peut signifier plus qu’une perte commerciale à court terme.

 

L’adoption de la communication numérique de la couleur a permis une réduction significative de la durée du cycle de développement des couleurs, mais elle a également introduit ses propres enjeux.  L’incapacité à contrôler le processus par lequel les données colorimétriques numériques sont créées conduira à :

 

  • l’échange d’informations erronées ;
  • une incompréhension de la qualité des produits ;
  • des retards dans le cycle de développement.

 

Afin d’assurer la confiance en la qualité des données colorimétriques numériques échangées, les sources de variation dans le processus de mesure doivent être identifiées et contrôlées.

 

 

Notions de base de la communication numérique de la couleur

 

De multiples processus sont nécessaires pour assurer la réussite du développement des couleurs à partir du moment où un concepteur sélectionne une couleur, jusqu’au moment où la couleur se retrouve en rayon. Pour avoir des produits pour une saison particulière, le processus de développement doit commencer des mois à l’avance.  L’enjeu est de s’assurer que la bonne couleur est communiquée du concept au consommateur.

 

Identifier le standard

 

La première étape du processus de spécification chromatique consiste à identifier un échantillon de référence à utiliser pour la correspondance des couleurs.  La source d’inspiration originale peut être un échantillon de tissu ou une couleur créée sur un écran, et cette cible doit être communiquée avec précision aux usines qui fournissent le produit final.

 

L’expérience montre toutefois que les échantillons de référence physiques sont souvent source de malentendus entre les concepteurs et les fabricants et peuvent entraîner des retards si elles ne sont pas sélectionnées avec soin.  Bien que la recherche d’un échantillon de référence adéquat résolve bon nombre des problèmes associés à l’obtention d’une bonne correspondance de teinte, elle n’améliore pas le processus de développement des couleurs dans son ensemble.  Les échantillons de référence physiques doivent encore être distribués et la couleur cible maintenue tout au long du processus de développement afin d’obtenir la couleur désirée sur le marché.

 

Communiquer la représentation numérique

La seule façon de garantir l’intégrité de la couleur de l’échantillon de référence et de réduire le temps de développement est de communiquer la représentation numérique de l’échantillon de référence sélectionné.  À quoi ressemble un échantillon de référence numérique ?  Il s’agit simplement d’un ensemble de nombres appelés valeurs de réflectance spectrale qui décrivent comment l’objet interagit avec la lumière.  Que nous commencions le processus de couleur avec un échantillon de référence physique ou un design de CAO, la couleur peut être définie numériquement de cette façon.  De nombreux programmes informatiques qui interprètent ces nombres et fournissent les description de la couleur et de la différence de couleur ont été développés.

 

Poursuivre le développement

 

Une fois les échantillons de référence physiques de couleur sélectionnés, ils peuvent être mesurés sur un spectrophotomètre et envoyés instantanément par e-mail aux fournisseurs qui peuvent ensuite commencer leur processus de développement.  Les fournisseurs utilisent généralement un logiciel de formulation de teintes pour produire rapidement des recettes de teinture qui ont été optimisées pour maîtriser des problèmes, tels que :

 

  • Métamérisme
  • Répétabilité
  • Coordination avec d’autres composants

 

Fournir des échantillons aux clients détaillants

 

Les fournisseurs communiquent ensuite les échantillons au client détaillant sous forme physique ou numérique.  L’avantage d’un processus numérique est que les échantillons peuvent être rapidement comparés aux références cibles à l’aide d’un logiciel de contrôle qualité comme un outil de filtrage pour éliminer les échantillons inacceptables avant qu’ils ne soient soumis à un examen final.

 

Cela est essentiel, car le volume d’échantillons généralement reçus au cours d’une période donnée est considérable.  Les échantillons qui passent avec succès le processus de filtrage numérique peuvent ensuite être évalués visuellement à l’aide d’un écran étalonné.  Les échantillons sont évalués individuellement par rapport à une référence ou visualisés dans diverses sources lumineuses pour déterminer si le métamérisme est un problème.  Avant l’approbation finale, les échantillons peuvent être évalués avec d’autres composants pour contrôler la coordination et la cohérence des couleurs.

 

Selon le volume de travail de développement requis, les économies de temps et de coûts réalisées par un détaillant qui utilise la communication électronique des échantillons de référence et des soumissions de couleurs peuvent être substantielles.  Il faut toutefois noter que toutes les matières et toutes les couleurs ne sont pas adaptées à la communication numérique de la couleur et que certaines continueront d’être traitées à l’aide des méthodes manuelles existantes.  Il faut prendre soin, dès le début du processus, d’identifier ces types de matières afin d’éviter toute mauvaise interprétation du succès du programme de couleur numérique.

 

Garantir la fiabilité numérique de la couleur

 

La clé du succès du processus de communication numérique de la couleur réside dans la fiabilité des données numériques transmises à chaque étape du cycle de développement.  Les données numériques peuvent être considérées comme fiables lorsqu’une personne différente peut obtenir les mêmes résultats lorsque l’échantillon physique est remesuré ailleurs et sur un autre instrument.  Ceci est possible grâce à un contrôle minutieux de l’instrument, de la technique de mesure, de l’environnement dans lequel les échantillons sont mesurés et des méthodes employées par la personne qui évalue les données.  Des problèmes dans n’importe lequel de ces domaines peuvent introduire des erreurs qui conduiront à l’obtention de la mauvaise couleur à la fin du processus de développement.

 

Que fait votre entreprise pour moderniser le développement des couleurs ? Avez-vous des questions sur la façon dont vous pouvez améliorer le processus ? Envoyez-nous un message à l’adresse emamarketingdontlike@spamdatacolorcom.spam pour nous en faire part.