Raconter une histoire à travers l’image, par Olivia Bossert

Longtemps, j’ai su qu’il manquait quelque chose à ma photographie. Mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je regardais mon travail et j’avais l’impression tenace d’un décalage. J’étais frustrée. Je regardais les images d’autres photographes et je me demandais « Qu’est-ce que ce travail a de plus que le mien ? ».
 

Ce n’est que lorsque j’ai suivi une session de la consultante photo Zoe Whishaw que j’ai enfin compris.
 

Il me manquait une histoire.
 

Zoe m’a expliqué que, même si mes images étaient belles elles n’étaient… « que » belles. De jolies photos de jolies filles avec des jolies robes. Il leur manquait une profondeur, un caractère, un but.
 

J’ai évidemment eu du mal à l’entendre au début. On veut toujours entendre que son travail est formidable et génial ! Et pas qu’il est… un peu ennuyeux.
 

Mais j’ai malgré tout essayé d’écouter attentivement ce qu’elle me disait. Et quand je suis rentré chez moi ce soir-là, j’ai commencé à me plonger dans le domaine de la narration par l’art. Comment peut-on réellement raconter une histoire par l’art ? Où trouver ces récits ? Que font les autres artistes ?
 

J’ai trouvé mes réponses par l’introspection. J’ai attrapé un cahier et un stylo et, en haut d’une page, j’ai écrit : « Qu’est-ce que qui fait de moi ce que je suis ? ». En quelques minutes, j’avais écrit des dizaines de notes qui m’ont donné des centaines d’idées de shootings. J’ai réalisé que l’élément qui manquait à mon travail n’était pas seulement la narration : c’était moi. J’essayais de créer des images dont je pensais que les autres voudraient les voir, alors qu’il me fallait réfléchir à qui j’étais et à ce que je pouvais faire pour transformer mon identité en récit visuel.

 
 

 
 

La première histoire que j’ai choisi de raconter vient de mon enfance, quand je rêvais d’être une artiste. Aussi loin que je m’en souvienne, on m’a toujours dit que j’avais une personnalité artistique, créative. Et pour être honnête, j’aimais beaucoup cette étiquette.
 
 

 
 

Enfant, je rêvais de courir dans la foret avec un pinceau et un chevalet et de passer mes journées à peindre des paysages, au soleil. Je ne sais pas d’où me vient ce fantasme : je n’ai jamais été très douée pour la peinture et je n’ai jamais particulièrement aimé ça. Mais j’adorais l’idée.

C’est de là qu’est venue l’idée de mon projet « The Artist ».
 

Pour donner vie à cette histoire, j’ai constitué un mood board d’artistes peignant dans la nature. J’ai réalisé qu’au lieu de rechercher des photographies de mode représentant des modèles en train de peindre, il était bien plus intéressant de se concentrer sur des images de véritables artistes, peignant véritablement, et de s’en inspirer.
 

Une fois mon mood board terminé, j’ai réuni une équipe créative et j’ai partagé ma vision avec eux à l’écrit et par des images regroupées dans un PDF soigneusement constitué. J’ai inclus des mots clés pour décrire l’ambiance et les sensations de la session, et pour donner une idée de l’aspect et des actions du modèle. J’ai également inclus des notes et des images d’inspiration pour le style, le maquillage ou la coiffure. J’ai établi une liste d’accessoires que je voulais et j’ai essayé de donner vie à ma vision.
 

J’ai découvert que lorsque j’incluais de nombreux détails dans la planification et la création de mon histoire avant le shooting, mon équipe comprenait mieux la direction où je voulais aller et la session était beaucoup plus réussie. Le shooting a été extraordinaire et pour la toute première fois, j’ai eu l’impression de raconter une véritable histoire à travers mon travail.

Alors, comment ajouter des éléments narratifs à son travail ? Ce n’est ni très long ni très compliqué : il suffit d’être aussi créatif et aussi complet que possible.

Commencez par prendre un stylo et laisser vos idées parler. Notez ce qui vous intéresse, les histoires sur vous, sur votre passé, ou tout autre élément qui vous parle. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution ici. Écrivez tout. Lorsque j’ai écrit ma liste, j’ai inclus des éléments comme :
 

  • Mon enfance en Suisse
  • Mes rêves d’artiste
  • Mon amour des chevaux
  • Mon déménagement à l’étranger
  • Mon amour de la couleur bleue
  • Les robes longues
  • Les étés chauds

 

Une fois que vous avez votre liste, choisissez un concept qui capture réellement vos intérêts et commencez à préciser l’aspect que pourrait prendre cette idée dans un récit photographique. Recherchez sur Pinterest ou dans des magazines des images qui capturent vos idées et créez un dossier visuel. Si vous préférez utiliser du papier et un stylo, vous pouvez créer une carte mentale autour de la création de votre histoire.
 

 
 

Parmi les éléments importants à retenir : les accessoires. Des accessoires pertinents peuvent donner vie à une image. Si vous voulez raconter l’histoire d’un artiste, il est logique d’inclure les outils qu’un artiste utilise : toile, peinture, chevalet… Si vous voulez raconter l’histoire d’un jour d’été, vous pouvez intégrer des éléments comme une chaise longue ou une glace.
 

 
 

Les lieux jouent également un rôle important, et doivent avoir un sens. Si vous ne pouvez pas vous rendre sur un lieu spécifique, pouvez-vous le recréer en studio ?

Si vous travaillez avec une équipe, il est important de communiquer votre idée de façon aussi claire et complète que possible. Donnez tous les détails dans votre présentation ! D’après mon expérience, les séances photos sont meilleures lorsque vous êtes entourés d’une équipe talentueuse qui comprend réellement votre vision. Prenez le temps d’écrire un petit texte de présentation qui explicite votre histoire, sa mise en image, les sensation et l’aspect que vous désirez, etc.
 

 
 

Et plus généralement amusez-vous ! Vous devez ressentir un lien avec ce que vous créez. C’est le meilleur moyen de créer une connexion avec votre photo et avec les personnes qui la découvriront. Cela fera passer votre travail au niveau supérieur. Essayez, vous ne le regretterez pas !