[Blog invité Adobe] Répondre aux normes de couleur dans les flux de travail du textile

Par Mike Scrutton, directeur de la technologie et de la stratégie d’impression chez Adobe

 

Le texte ci-dessous est une contribution de la part d’Adobe, partenaire de Datacolor.

 

Le manque de compréhension réciproque peut avoir des effets désastreux. En 1999, la sonde Mars Climate Orbiter de la NASA n’a pas réussi à atteindre la planète rouge : ses concepteurs avaient utilisé deux unités différentes pour exprimer la poussée. L’une des équipes avait conçu un logiciel utilisant des newtons mètres, tandis qu’une deuxième équipe utilisait des livres force. Le résultat a été une entrée catastrophique dans l’atmosphère de Mars au lieu d’un positionnement en orbite stable. Ce qui aurait pu être résolu par une simple conversion, ou du moins par une compréhension réciproque entre les équipes, s’est soldé par un échec et une perte massive de temps et d’argent. Lorsque l’on doit faire traverser des centaines de millions de kilomètres à un vaisseau spatial pour satisfaire les exigences du client, il vaut mieux réussir du premier coup !

 

Le même type de problème peut être rencontré lors du déroulement des opérations de mise en couleur dès lors que le client ou le designer n’est pas tout à fait sur la même longueur d’onde que le fournisseur ou l’imprimeur. Les différences de terminologie et de perspectives peuvent empêcher de satisfaire toutes les attentes et nécessiter de multiples tentatives pour réussir. Les grandes marques me disent souvent qu’il peut falloir jusqu’à 12 itérations pour obtenir les résultats voulus, ce qui est extrêmement chronophage étant donné que les concepteurs et les usines sont parfois d’un bout à l’autre du monde.

 

Meeting the Color Standard in Textile Workflows

 

Une façon d’aborder le problème est de saisir avec précision l’intention du designer : ce qu’il a imaginé, ou ce qu’il s’attend à voir dans l’exécution de son travail. Il faut trouver un équilibre entre ce point et les capacités de l’imprimeur : quelles sont les limitations relatives à ce qui peut être produit, compte tenu des paramètres des matériaux utilisés, mais aussi du processus de fabrication, du prix et du temps. Ces deux concepts d’intention et de capacité doivent être en harmonie pour que la demande du designer relève du faisable et que l’imprimeur puisse produire quelque chose qui réponde aux attentes du designer dès le départ.

 

L’utilisation de normes de couleur est une technique courante pour mettre en phase les marques de distribution et leurs usines dans l’industrie textile. Les marques s’efforcent de définir avec précision l’apparence et l’aspect exacts des couleurs sur une gamme de tissus et sous plusieurs conditions d’éclairage, et collaborent avec leurs fournisseurs pour s’assurer que ces derniers soient capables de reproduire ces couleurs sur les tissus qu’ils ont l’intention d’utiliser pour leurs vêtements.

 

La définition des normes de couleur est partagée avec l’usine, qui les utilise pour préparer ses opérations afin de reproduire (et vérifier) ces couleurs avec précision. Lorsque les designers utilisent des couleurs pour les imprimés ou les aplats, ils peuvent décrire leur intention en utilisant les normes de couleur dont il a été convenu avec l’assurance de savoir que l’usine aura la capacité de reproduire correctement leurs modèles. Tout le monde dans la chaîne d’approvisionnement, du designer jusqu’à l’usine, a une compréhension réciproque des normes de couleur.

 

Le créateur et l’usine peuvent utiliser des outils différents pour se référer à ces couleurs. Alors que le designer et l’usine peuvent tous deux recevoir un échantillon de tissu ou un ruban de couleur comme référence, un designer peut également recevoir un fichier de palette d’échantillons qu’il peut utiliser dans Photoshop pour dessiner ou créer un imprimé, tandis que l’usine peut recevoir une recette pour mélanger la couleur et le cas échéant des données spectrales pour vérifier que le tissu imprimé correspond aux spécifications de la norme de couleur.

 

Ces solutions se sont avérées fiables pour l’industrie textile, du moins en ce qui concerne la production de vêtements. Des entreprises telles que Color Solutions International (CSI) travaillent avec les spécialistes de la couleur des grandes marques pour les aider à sélectionner leurs normes de couleur et leur fournir des services de partage des informations requises avec les participants au flux de travail appropriés. Ensemble, ils passent du temps à tester les processus de production afin d’éviter les problèmes de métamérisme, c’est-à-dire les circonstances où la reproduction d’une couleur pourrait apparaître différemment dans des conditions d’éclairage différentes.

 

Il est important de noter que Datacolor fournit des équipements de mesure qui peuvent être utilisés pour vérifier que les couleurs fabriquées présentent les caractéristiques convenues.

 

Lorsque nous avons commencé chez Adobe à travailler sur notre nouvelle solution, Adobe Textile Designer, nous voulions nous assurer que nous pouvions bien nous intégrer à ces flux de travail déjà établis et éprouvés. Adobe Photoshop et Adobe Illustrator sont largement utilisés par les designers pour créer des imprimés pour la fabrication de textiles, mais nous avons très souvent constaté dans nos recherches que les designers choisissaient des couleurs qui « avaient l’air belles » à l’écran plutôt que de travailler avec des couleurs qui étaient réalisables dans la pratique sur des textiles.

 

Même si ces couleurs pouvaient effectivement être imprimées, il est bien trop facile de s’écarter des couleurs convenues et reproductibles qui ont été fixées par les spécialistes de la couleur de la marque. C’est pourquoi nous avons travaillé en étroite collaboration avec CSI et Datacolor pour mettre en place une solution qui permette au designer de faire preuve de créativité en utilisant toutes les couleurs qu’il souhaite, mais qui génère en sortie un design numérique final conforme à ces couleurs « sûres ».

 

Sur cette capture d’écran, on peut voir que le designer a spécifié comme bibliothèque de référence de couleurs « Global 440 Palette » : il s’agit de la bibliothèque de normes de couleurs de la marque elle-même. Ils utilisent ensuite le logiciel pour préciser les normes de couleur qu’ils souhaitent utiliser pour reproduire le dessin dans leur palette de couleurs. Par exemple, la couleur blanc cassé (qui est appelée RVB [253 251 236] dans Photoshop) doit être reproduite à l’aide de la couleur « crème vanille 120066 ».

 

datacolor and adobe textile designer

 

Si l’utilisateur souhaite créer une autre palette de couleurs, il peut alors utiliser le Datacolor ColorReaderPro pour mesurer un échantillon. Il peut s’agir d’un ruban qui a été produit de sorte à correspondre exactement à la norme de couleur ou bien d’un simple morceau de tissu ou d’une couleur pour inspiration mesurée sur le propre bureau du créateur. Le logiciel offrira automatiquement la correspondance la plus proche avec une norme de couleur disponible dans la bibliothèque, en l’occurrence ici « Bleu bord de piscine 0600392 ».

 

 

using colorreader with adobe textile designer

 

 

Cette méthode nous permet de répondre aux exigences en matière d’intention, de capacité et de faisabilité. La capacité est exprimée dans la bibliothèque de normes de couleurs chargée dans Textile Designer, l’intention dans le choix du designer d’utiliser les couleurs de cette bibliothèque et la faisabilité est déjà garantie par la création de la bibliothèque de couleurs. Cette méthode fonctionne bien pour des fabrications utilisant des procédés traditionnels d’impression au rouleau ou à l’écran plat parce que nous utilisons une compréhension réciproque, la norme de couleur, et que tous les participants au flux de travail, depuis le concepteur jusqu’à la fin de la chaîne d’approvisionnement, y font référence. Textile Designer intègre les informations sur la norme de couleur dans le fichier numérique du dessin et les transmet en aval à la fabrication, où elles peuvent être utilisées par l’usine à la fois pour sélectionner la bonne couleur à appliquer et pour l’assurance qualité afin de garantir que le résultat corresponde à la norme de couleur demandée par la marque.

 

Défis pour l’avenir

Alors que l’industrie explore plus avant une utilisation croissante de la technologie d’impression numérique, le défi pour l’impression textile est de savoir comment reproduire les couleurs dans la chaîne d’approvisionnement pour répondre aux besoins et aux attentes des clients. Les imprimantes textiles numériques n’utilisent pas d’encres qui correspondent aux normes de couleur auxquelles une marque pourrait se référer et qui sont utilisées dans leurs chaînes d’approvisionnement analogiques. Les imprimantes textiles numériques imitent ces couleurs en utilisant un mélange de jaune, de magenta, de cyan et de noir et de quelques autres couleurs supplémentaires peut-être pour élargir la gamme. Malheureusement, la formulation de ces couleurs n’est pas normalisée ou très peu et les différentes imprimantes sont souvent compatibles avec différents types d’encre. La reproduction précise des normes de couleur par impression numérique continue de poser problème et sera l’un des principaux facteurs qui limiteront l’adoption de l’impression numérique sur textile.

 

Chez Adobe, nous travaillons avec des partenaires sur des solutions à ces problèmes et réfléchissons à la manière dont la nécessité de saisir l’intention, la capacité et la faisabilité affecte à la fois les solutions logicielles que nous fournissons et les informations qui circulent entre le designer et l’imprimeur. Nous pouvons exploiter des expériences et des technologies tirées du passé, mais pour répondre véritablement aux attentes des clients, nous devrons produire de nouveaux outils et de nouvelles solutions. Les designers ne veulent pas être enfermés dans un processus de fabrication spécifique en aval et veulent bénéficier d’une certaine flexibilité dans leur processus créatif. Nous avons besoin d’outils pour décrire précisément ce qui est attendu ainsi que de dispositifs pour mesurer ce que nous avons réalisé. Adobe est heureux de s’associer à Datacolor pour jouer un rôle dans la communauté Textile Designer.

 

Qui veut concevoir les vêtements de la première colonie sur Mars ?

 

Le plugin Adobe Textile Design pour Adobe Photoshop est disponible en ligne à l’adresse https://adobe.com/go/TextileDesigner

 

 

À propos de Mike Scrutton : Dans le cadre de son rôle de directeur de la technologie et de la stratégie d’impression au sein de l’unité commerciale d’impression et d’édition d’Adobe, Mike dirige une équipe axée sur les développements dans le domaine de l’impression textile. Mike s’appuie sur plus de 25 ans d’expérience personnelle dans l’imprimerie et sur sa connaissance approfondie des flux de création et de production. Il travaille régulièrement avec des utilisateurs finaux, des marques, des fournisseurs et des partenaires, tant au sein d’Adobe qu’à l’extérieur. Mike travaille chez Adobe depuis 1997 et a été responsable de nombreuses technologies dans le domaine des PDF, de la couleur et de l’impression, notamment le nouveau plugin Adobe Textile Designer pour Adobe Photoshop. Originaire du Royaume-Uni, Mike vit actuellement avec sa famille dans la baie de San Francisco.


 

Vous êtes passionné par la couleur et souhaitez partager vos idées et vos connaissances avec les lecteurs de Datacolor ? Envoyez-nous un e-mail à marketingdontlike@spamdatacolorcom.spam en indiquant « contributeur au blog » dans la ligne d’objet.

 

Avis de non-responsabilité : Adobe est un partenaire de Datacolor. Les points de vue, opinions et connaissances exprimés par les blogueurs invités de Datacolor sont ceux des auteurs. Ils n’expriment pas intrinsèquement les points de vue de Datacolor et de nos employés.