Comment différentes sources lumineuses influencent la manière dont nous percevons les couleurs

Par Ken Butts, de l’équipe des grands comptes à l’international chez Datacolor

Examinez les deux scénarios suivants :

 

  1. Un client trouve le pull bleu parfait et achète une veste assortie. Mais lorsqu’il rentre chez lui et qu’il sort le pull et la veste du sac, les couleurs semblent différentes.
  2. Les équipes design et couleur d’une société trouvent la nuance de vert parfaite pour la collection de la prochaine saison. Mais lorsque cette collection est mise en magasin, certaines pièces présentent des nuances de vert totalement différentes.

 

L’utilisation de mauvaises sources lumineuses lors du développement des vêtements peut être en cause dans les deux cas. Toutes sortes de problèmes peuvent survenir lorsque des échantillons sont évalués à plusieurs emplacements de la chaîne d’approvisionnement mais, fort heureusement, de tels obstacles peuvent être surmontés si toutes les personnes évaluant les couleurs travaillent dans les mêmes conditions d’éclairage. Il n’est cependant pas toujours simple de s’assurer que chacun utilise le même éclairage pour évaluer les couleurs. Des connaissances de base de la nomination de l’éclairage sont donc utiles pour toute personne chargée de la gestion des couleurs des produits.

 

Notions de base de l’éclairage partie 1 : compréhension de la température des couleurs

Lorsqu’il s’agit des choix d’éclairage, il existe une grande variété de marques et de modèles différents, mais un élément demeure constant d’une marque d’éclairage à l’autre : la température de couleur.

La température de couleur (exprimée en degrés Kelvin, par exemple 6 500 K) est un moyen pratique de regrouper les éclairages en familles de couleurs similaires.  Plus la température de couleur de la source lumineuse est faible, plus la source est chaude ou d’une couleur rouge vif. Plus la température de couleur est élevée, plus celle-ci est froide ou d’un bleu vif.

 

Remarque importante : des sources lumineuses fluorescentes ont longtemps été utilisées dans l’éclairage du secteur de la vente au détail, et on leur attribuait traditionnellement des noms génériques plutôt que des températures de couleur. Mais maintenant les sources lumineuses fluorescentes se voient également assigner une température de couleur. Par conséquent, si vous souhaitez faire une recherche par nom, vous trouverez ci-dessous les températures de couleur correspondantes :

 

  • CWF : 4 150 K
  • WWF : TL83, U30 : 3 000 K
  • TL84 : 4 100 K
  • TL835, SPX35, U35 : 3 500 K

[En savoir plus sur les solutions d’éclairage de Datacolor]

 

Notions de base de l’éclairage partie 2 : sources lumineuses définies

Différents produits d’éclairage sont aujourd’hui proposés et la plupart d’entre eux produit de l’énergie lumineuse grâce à l’une des méthodes suivantes :

 

1. Filament incandescent et de tungstène : les filaments de tungstène brillent lorsqu’ils sont traversés par de l’électricité. Ils étaient utilisés dans la majorité des maisons. L’inconvénient ? Ils engendrent une perte importante d’énergie, ce qui explique pourquoi ils sont beaucoup moins utilisés. À l’heure actuelle, les lampes fluorescentes compactes et LED sont de plus en plus présentes dans les maisons.Cette catégorie comprend également les lampes halogènes au quartz dont les caractéristiques spécifiques leur donnent une émission plus uniforme au fil du temps. Elles sont utilisées lorsqu’une source jaunâtre à rouge est requise.

 

2. Fluorescentes : les sources lumineuses fluorescentes produisent de la lumière lorsque de l’énergie électrique est appliquée à un tube en verre contenant du mercure et des composés fluorescents appelés « phosphores ». Ajuster les types de phosphores de la lampe permet aux fabricants d’éclairage de produire des tubes fluorescents dans différents styles et températures de couleur.

 

3. LED : les diodes électroluminescentes (LED) ont été utilisées en électronique pendant plus de 50 ans, mais il a fallu attendre l’introduction relativement récente des LED blanches pour qu’elles prennent une place de plus en plus importante dans la vente au détail et l’éclairage domestique. Les LED améliorent l’efficacité énergétique par rapport à d’autres types d’éclairage et deviennent des sources lumineuses de choix dans de nombreux magasins de vente au détail, bureaux et logements.

 

Afin de garantir une expérience des clients positive lorsque les produits sont visualisés dans un éclairage LED, il est essentiel que la couleur des produits soit développée et évaluée dans des conditions d’observation avec LED comparables.

 

4. Ultraviolet : l’énergie lumineuse ultraviolette (UV) n’est pas visible à l’œil nu, mais elle est présente dans la lumière du jour naturelle. L’énergie ultraviolette sert à exciter les agents d’azurage optiques (OBA) et les colorants et les pigments fluorescents dans un échantillon, entraînant l’émission d’une lumière visible. La lumière visible « supplémentaire » fait paraître les matériaux blancs plus blancs et plus lumineux que sans les agents d’azurage optiques et les couleurs fluorescentes donnent l’effet « néon » classique.

 

Maintenant que nous avons abordé les notions de base, nous traiterons dans notre prochaine publication les différentes étapes du processus décisionnel relatif à l’éclairage. Nous parlerons des parties prenantes clés impliquées dans le processus, de la manière d’élaborer un plan de mise en œuvre et de prendre une décision finale quant à la mise en œuvre.

 

Vous avez une question sur les sources lumineuses que nous n’avons pas abordée ? Envoyez-nous un message à l’adresse marketingdontlike@spamdatacolorcom.spam et nous y répondrons avec plaisir.