Comment tenir compte du brillant lors de la mesure de la couleur

De nombreux facteurs physiques affectent la façon dont nous voyons la couleur des objets. L’un de ces facteurs est le brillant. Toutefois, cette caractéristique peut être difficile à contrôler.

 

On vous explique pourquoi : Les spectrophotomètres d/8° mesurent la quantité de lumière réfléchie par une surface, et non l’apparence d’un objet. Ainsi, même si deux objets sont effectivement de la même couleur, la couleur d’un objet brillant peut paraître différente de celle d’un objet mat.

 

Si les échantillons de lots et de référence montrent différents taux de brillance en surface, il peut s’avérer particulièrement complexe d’obtenir des correspondances de couleurs.

 

Lisez la suite pour en apprendre davantage sur l’impact de la brillance sur la couleur et les solutions pour y remédier.

 

Nos yeux perçoivent les couleurs grâce à la réflexion de la lumière

 

Lorsque la lumière atteint un objet, une partie du spectre est absorbée et une autre est réfléchie. Nos yeux perçoivent les couleurs selon les longueurs d’onde de la lumière réfléchie. En fonction de la brillance d’une surface, la lumière se reflète dans nos yeux de différentes façons.

 

La réflexion spéculaire fait référence à la façon dont une surface parfaitement lisse, qu’elle soit ou non un miroir, reflète la lumière suivant le même angle que celui du rayon incident. Pour qu’une couleur ne soit pas affectée par la brillance de la surface, l’observateur doit placer l’échantillon de façon à ce que la lumière réfléchie soit hors de son champ de vision. La couleur mesurée serait à pleine saturation, étant donné l’absence de lumière réfléchie.

 

La réflexion diffuse décrit la manière dont la lumière se reflète suivant tous les angles d’une surface qui n’est pas parfaitement lisse. L’observateur ne peut pas éviter cette lumière réfléchie puisqu’elle suit toutes les directions. Puisque la chromaticité de la lumière réfléchie est également ajoutée à la lumière interne à l’échantillon, la couleur perçue est plus claire ou moins saturée.

 

Il ne fait aucun doute que les spectrophotomètres fournissent des correspondances de couleurs plus précises que l’évaluation visuelle subjective. Nous avons étudié dans d’autres articles la façon dont la gestion numérique des couleurs permet aux entreprises de gagner du temps et de l’argent, en éliminant le besoin de créer et livrer des échantillons physiques de production. La gestion numérique des couleurs optimise le contrôle de la qualité et contribue à maintenir l’homogénéité des couleurs, un indicateur de qualité majeur. Alors, comment pouvez-vous mieux utiliser nos instruments pour mieux faire correspondre, corriger, et contrôler la couleur, malgré les différences entre le brillant des références et des produits ?

 

Comment mesurer le brillant spéculaire

Le brillant spéculaire est quantifiable. Un brillancemètre est conçu pour mesurer la quantité de lumière qui se reflète sur une surface. La valeur du brillant spéculaire est un rapport entre la réflexion spéculaire d’un échantillon et celle d’un matériau standard dans les mêmes conditions.

 

Les spectrophotomètres sont utilisés pour le contrôle qualité et la correspondance des couleurs. En fonction de la géométrie de mesure utilisée, les échantillons très brillants et peu brillants peuvent donner des résultats colorimétriques proches (instruments diffus 8 degrés). Mais les échantillons peuvent paraître très différents pour l’œil humain.

 

Nos instruments d/8° (dont les spectrophotomètres Datacolor des gammes Check 3 20D, 200, 500 et 800) peuvent mesurer le brillant spéculaire pour de meilleurs résultats. Et l’outil de Compensation du brillant Datacolor peut être efficace pour toutes les couleurs dont le brillant diffère entre les échantillons de lots et standard.

 

Nos instruments 45/0° (dont les modèles Datacolor 45G) excluent le composant de brillant spéculaire, en faisant des instruments efficaces pour mesurer la couleur et l’apparence d’un objet.

 

L’importance de la technologie de compensation du brillant

 

Les peintures, les plastiques, les encres, et les cosmétiques sont parmi les produits dont les niveaux de brillant varient le plus. La compensation du brillant peut s’avérer bénéfique pour de nombreux secteurs utilisant des pigments, une fonctionnalité indispensable du logiciel de contrôle et de correspondance des couleurs offert par Datacolor.

 

Le système de compensation du brillant Datacolor commence par mesurer un échantillon, en comptant puis en excluant le brillant spéculaire. Puis, par l’application de modèles mathématiques et d’étalonnage, nous sommes en mesure de déterminer un brillant relatif et d’ajuster la mesure comme si les deux échantillons présentaient le même brillant. Nous pouvons même ajuster les formules au brillant souhaité pour une meilleure correspondance.

 

Pour plus d’informations sur notre fonction de compensation du brillant, lisez notre fiche technique ici.