Demandez aux marques de vêtements : « Quels sont les principaux obstacles que vous rencontrez en matière de respect des délais de production ? »

Vous ne sauriez jamais, en regardant les étagères d’un magasin de détail, à quel point il est difficile d’amener le vêtement à ce stade. À moins que vous ne fassiez partie de l’équipe chargée de le faire, bien sûr.

 

Lors du Datacolor Textile Summit 2018, un participant a indiqué que son entreprise passe d’un cycle de vie de 40 semaines à 26 semaines. Un autre était confronté à la pression d’un cycle de développement de 32 semaines.

 

Ces entreprises ne sont guère aberrantes. Les marques de distribution subissent une pression constante pour condenser le cycle de vie de leurs produits et répondre aux tendances à une vitesse record.

 

Cela soulève la question suivante : pourquoi faut-il tant de temps pour faire passer un vêtement de la vision d’un concepteur aux étagères ? En fait, il y a bien des raisons à cela. Voici quelques exemples des défis auxquels nos participants au sommet sur le textile sont confronté :

 

  1. Seules 25 à 35 % des couleurs de la conception deviennent des commandes de production.
  2. Poursuivre les tendances si rapidement qu’il existe souvent trois palettes de couleurs complètement différentes pour une même saison.
  3. Les contraintes de temps entraînent des décisions moins précises qui doivent être rectifiées par la suite au cours du processus de production, ce qui entraîne une plus grande pression.
  4. Tout au long du cycle de production, la communication se fait sous forme de commentaires, d’appels, de courriels ou d’une combinaison des trois. Par conséquent, beaucoup de choses se perdent.
  5. Les données Excel sont corrompues une fois tous les deux ou trois ans.
  6. Le calendrier est tellement raccourcis que les fournisseurs n’ont le temps que pour une seule série d’échantillons de laboratoire.
  7. Le pré-trempage pourrait être utile pour devancer les commandes. Cependant, les concepteurs font des demandes de pré-trempage pour tout et il n’y a pas assez de temps pour la production.
  8. Des demandes de formulation de nouvelles couleurs lorsqu’il existe déjà un ton correspondant très proche dans la bibliothèque de la marque. La couleur finale ne diffère souvent de l’original que de quelques points de pourcentage.
  9. L’attente des envois de l’étranger ajoute 1 à 2 semaines au délai.
  10. Partir à l’étranger chaque saison pour procéder aux approbations et aux reprises sur site.

 

Au fil du temps, la communication numérique de la couleur peut aider à réduire le plus possible la quantité d’obstacles et la pression qu’ils engendrent. Elle peut également aider le processus de production à progresser plus rapidement et à réduire probablement les coûts en conséquence. Pour en savoir plus sur la communication numérique de la couleur, nous vous recommandons de lire les publications suivantes :

 

 

Quels sont les principaux obstacles au développement des couleurs auxquels votre équipe est confrontée ? Si vous avez surmonté avec succès certains de ces obstacles, comment avez-vous procédé ?

 

Envoyez-nous un message à l’adresse emamarketingdontlike@spamdatacolorcom.spam pour nous en faire part !