Points à retenir sur le textile : Le revers de « L’apocalypse de la vente au détail »

Le thème du AATCC International Conference 2019 était « Innover aujourd’hui pour les défis à venir. » Certains des plus grands noms de l’industrie du textile se sont rassemblés à Fort Worth au Texas pour discuter de ces défis auxquels beaucoup d’entre eux ont déjà été confrontés.

 

Une session qui m’a vraiment interpellé était « L’apocalypse de la vente au détail ou une nouvelle ère ? » présentée par Tony R. Anzovino de Haggar Clothing Co. On entend souvent dire que les magasins de vente au détail ferment par milliers chaque année, suffisamment pour susciter l’inquiétude d’un consommateur occasionnel, sans parler des employés du secteur.

 

Mais la présentation de Tony a ajouté d’autres dimensions : L’année dernière il y a eu plus d’ouvertures de magasins que de fermetures. Même Sears, qui a été fréquemment citée comme exemple d’apocalypse de la vente au détail, a ouvert des magasins en 2018.

 

Il ne s’agit pas seulement d’un déséquilibre de couverture qui contribue à cette perception. Un autre facteur probablement plus important joue un rôle :

 

Le modèle de vente au détail est en train de changer. Vous voyez peut-être moins de grands magasins dans votre centre commercial, mais de plus en plus de petits détaillants ouvrent des magasins physiques. Selon un rapport issu de JLL Research, les 100 premières marques en ligne ont annoncé l’ouverture de 850 magasins entre 2018 et 2023. On ne peut pas parler de la mort de la vente au détail.

 

Nous constatons également que des commerçants emblématiques comme Macy’s testent de nouvelles expériences d’achat. « The Market at Macy’s » est une expérience éphémère de vente au détail qui permet aux marques de toucher de nouveaux publics. Pour les clients fidèles, c’est une occasion de vivre une nouvelle expérience en magasin. Pour les clients moins réguliers, c’est une nouvelle raison de se rendre chez Macy’s, et une opportunité d’explorer en même temps les marchandises du commerçant. Un scénario gagnant-gagnant et un signe que le futur de la vente au détail n’est pas sombre. La situation est tout simplement différente.

 

Rôle joué par la couleur dans le nouveau secteur de la distribution

 

Les startups dans le domaine des chaussures comme Allbirds et Rothy’s savent que la puissance d’une nouvelle couleur (ou des nouvelles couleurs) peut engendrer une hausse fulgurante des ventes. Pour cela, découvrez cet extrait d’Allbirds sur une nouvelle couleur :

 

 

View this post on Instagram

 

We have some new colors that will rock your socks off. Here’s a first look at the new hues coming tomorrow! #allbirdscolorinspo

A post shared by Allbirds (@allbirds) on

 

Ou cet extrait de Rothy’s :

 

 

View this post on Instagram

 

The best inspiration comes naturally. 🧡 Photo by @rocky_barnes

A post shared by Rothy’s (@rothys) on

 

Qu’il s’agisse d’une startup dans le domaine de la mode ou bien d’un revendeur de longue date, la couleur ne peut pas être sacrifiée sur l’autel de la course visant à répondre aux tendances et à commercialiser de nouveaux produits destinés à des consommateurs avides.

 

Comment combiner alors rapidité et qualité ?

 

La capacité de s’adapter rapidement au marché exige une approche plus automatisée à l’égard de la gestion des couleurs. L’amélioration de votre processus de développement des couleurs peut avoir un impact direct sur le fait d’offrir aux consommateurs les produits qu’ils souhaitent au moment où ils le souhaitent.

 

Elle joue également un rôle dans l’uniformité du produit. Imaginez que vous achetez un pantalon bleu roi dans votre magasin préféré. Plus tard, vous parcourez le site Internet de l’entreprise et vous voyez une veste qui semble être de la même couleur. Vous recevez votre veste et vous constatez que le pantalon bleu est clairement plus vif.

 

Cette expérience peut avoir un impact durable sur la façon dont le consommateur perçoit la marque, comme l’a écrit mon collègue Dustin Bowersox sur Just-Style.com. Cette erreur est facilement évitable grâce à une approche rationnelle de la gestion des couleurs : une approche qui consiste à utiliser les bonnes sources lumineuses, à choisir les bonnes couleurs et les bons tissus, et à coordonner les couleurs dans toute votre chaîne logistique.

 

Nous ne sommes pas dans un modèle apocalyptique de la vente au détail, mais ce n’est pas le moment de ralentir la course à l’innovation. Au fur et à mesure des attentes croissantes des consommateurs, une approche qui stimule la confiance dans les couleurs garantit que la qualité, le coût et la fidélité de la marque n’entravent pas vos plans.