Quelques anecdotes intéressantes sur les textiles : 31 choses que vous ne saviez pas sur les matériaux « non mesurables »

De nos jours, les consommateurs ont l’habitude de voir les toutes dernières tendances présentées dans les défilés de mode débarquer dans leur centre commercial local en un temps record. Mais le consommateur lambda ne cherche généralement pas à savoir comment cela est possible.

 

Cependant, les marques et les usines de textile connaissent bien les ingrédients magiques : les outils numériques de gestion des couleurs. L’utilisation de spectrophotomètres (outils pour la colorimétrie précise d’un matériau), d’un logiciel de CQ (contrôle qualité) et de cabines à lumières (pour voir à quoi ressemble une couleur sous différentes lumières) ont permis de rendre le processus plus objectif, moins coûteux et plus rapide.

Bien sûr, ceci n’est valable que pour les couleurs solides.

 

Plus de la moitié des matériaux (comme les motifs, la dentelle, le fil à tricoter et les accessoires [fermetures à glissière, boutons, etc.], ne bénéficient pas de ce traitement spécial. On ne peut donc compter que sur l’expertise d’une équipe spécialisée pour mesurer avec précision les couleurs de ce groupe de matériaux (appelés les « non mesurables »). Et quel que soit le niveau d’expertise de ces spécialistes de la couleur, nous portons tous un regard différent sur les couleurs. Pas seulement d’une personne à une autre, mais également d’un jour à l’autre et d’une heure à l’autre.

 

Vous pouvez donc sans doute comprendre pourquoi nous sommes aussi enthousiastes à propos du lancement de SpectraVision, notre solution de mesure des « non mesurables ». Pour célébrer leur passage dans la catégorie « mesurable », nous avons rassemblé quelques-unes des anecdotes les plus fascinantes sur ces matériaux complexes.

 

Quelques anecdotes intéressantes sur les textiles : Motifs

 

facts about patterns, lace, trim, yarn, zippers

1. Sur son site internet, Mood Fabrics, le célèbre magasin de tissus de New York cite neuf types différents de plaids.

2. En 1978, les archéologues ont trouvé le corps momifié d’un homme celte dans un cimetière chinois. Il portait un haut croisé et des jambières en tartan. On estime qu’il est mort il y a environ 1000 ans avant notre ère. En ce temps-là, on pouvait probablement compter les types de plaids sur les doigts d’une main.

3. Aviez-vous auparavant entendu parler du plaid Buffalo Check à gros carreaux? Woolrich Woolen Mills, une société de Pennsylvanie, a commencé à le produire au milieu des années 1900. D’après la rumeur, la personne qui l’a conçu possédait un troupeau de bisons. D’où le nom.

4. Les matériaux non mesurables dans l’espace : Lorsque l’Apollo 12 s’est envolé pour la lune en 1969, l’un des astronautes, Alan Bean, a apporté des bagages supplémentaires : un demi-mètre du tissu en tartan produit par sa famille.

5. Vous auriez du mal à trouver un vêtement préindustriel avec un motif à pois. C’est parce que l’on comptait sur les machines pour espacer parfaitement les pois. Imaginez réaliser ce travail manuellement… Vous sentez déjà le mal de tête arriver !

6. Je parie que vous ne saviez pas que Minnie Mouse était une créatrice de mode. Le motif à pois doit sa popularité à Walt Disney, qui a habillé l’emblématique souris avec une robe à pois rouge.

7. Barbie a fait ses débuts avec des rayures. Un maillot de bain rayé noir et blanc, pour être précis.

8. Ce qu’on connaît aujourd’hui comme l’« impression Liberty » a été lancé dans les années 1920 au Liberty, un grand magasin de Londres. Le magasin a produit des motifs paisley, floraux et abstraits miniatures.

9. En parlant du motif paisley, ce motif est beaucoup plus ancien que l’époque du Londres des années 1920. On retrouvait déjà ce motif au temps de la Perse ancienne.

10. Un motif à arête de poisson : le motif à chevrons, (herringbone en anglais, littéralement arête de hareng) doit son nom à sa ressemblance avec la disposition des arêtes dans le squelette du hareng.

 

Quelques anecdotes intéressantes sur les textiles : Dentelle

 

facts about patterns, lace, trim, yarn, zippers

11. Autrefois, la dentelle était faite de fils d’or, d’argent, de lin ou de soie. Aujourd’hui, le coton est majoritaire, mais vous pouvez encore trouver de la dentelle en lin ou en soie.

12. Personne ne sait exactement quand la dentelle a été inventée, mais il est probable que ce tissu complexe ait vu le jour au début du XVIe siècle.

13. La dentelle a d’abord été fabriquée par une machine à la fin du XVIIIe siècle. Mais si vous aviez tenté de couper de larges bandes de dentelle avant 1809, le tissu se serait défait pendant l’opération. Cette année-là, un homme nommé John Heathcoat a réussi à empêcher la dentelle de se défaire (et a ainsi contribué à une diminution du nombre de crises de nerfs) en produisant une version plus stable du tissu.

 

Quelques anecdotes intéressantes sur les textiles : Fil à tricoter

 

facts about patterns, lace, trim, yarn, zippers

14. Quel âge a le plus vieux fil à tricoter? Les échantillons trouvés en Suisse ont été estimés à près de 7 000 ans.

15. Attention où vous mettez les pieds ! Quand peut-on considérer qu’il est spectaculaire de terminer un marathon en 5 heures, 48 minutes et 27 secondes  ? Quand le coureur tricote une écharpe pendant la course. Cet exploit, réalisé lors du marathon de Kansas City, a valu à un coureur nommé David Babcock d’être inscrit au Guinness des records. Il a franchi la ligne d’arrivée avec une écharpe longue de 3,66 mètres (12 pieds).

16. Dans la même lignée, le Royal Albert Hall de Londres abrite un autre record du monde : celui du plus grand nombre de personnes tricotant en même temps au même endroit. L’événement a rassemblé plus 3 083 personnes.

17. Le fil à tricoter est un matériau qui peut sembler simple en surface, mais il faut environ 15 types de fibres différentes (synthétiques et naturelles) pour fabriquer un fil de qualité pouvant être utilisé pour le tricot. Pas étonnant que cela soit si difficile de mesurer la couleur !

18. Pour compliquer davantage les choses, le fil à tricoter est également disponible en différents modèles tels que le fil chiné ou effet tweed (mouchetures de différentes couleurs), le fil dégradé (nuances claires et foncées d’une même couleur) ou le fil jaspé (mèches de fils différents torsadés ensemble)

19. Pas assez original pour vous ? Certains ont fabriqué des fils à tricoter avec de la fourrure de chameau, des algues, de la canne à sucre, et même de la fourrure d’animal domestique.

 

Quelques anecdotes intéressantes sur les textiles : Accessoires (fermetures à glissière, boutons, etc.)

 

facts about patterns, lace, trim, yarn, zippers

 

20. Les fermetures à glissière sont partout. Le marché mondial des fermetures à glissière devrait atteindre 11,7 milliards de dollars cette année.

21. Une entreprise, YKK, détient 46 % de ce marché. YKK produit un nombre suffisant de fermetures à glissière tous les ans pourencercler le monde entier 50 fois (une distance totale de 1,9 million de kilomètres).

22. Rien que pour les États-Unis, 4,5 milliards de fermetures à glissière sont utilisées dans les vêtements (et d’autres habits portables) tous les ans.

23. La fermeture à glissière n’a pas toujours ressemblé à ce qu’elle est aujourd’hui. En 1851, Elias Howe (qui a également inventé la machine à coudre) a breveté ce qu’il a appelé « une fermeture pour vêtements continue et automatique. »

24. Les choses ont un peu évolué quand un homme dénommé Whitcomb Judson a créé un objet qu’il a appelé un « fermoir» et qui a fait ses débuts à l’Exposition universelle de Chicago en 1893.

25. Enfin, en 1913, Gideon Sunback s’est inspiré de ces anciens modèles pour créer une version améliorée. Sa version était si utile que les militaires utilisaient cette « fermeture séparable » pour les ceintures porte-billets et les combinaisons de vol.

26. Vingt ans plus tard, la fermeture à glissière faisait son apparition sur une paire de bottes grâce à la société B.F. Goodrich. Ce fut le début d’un grand changement pour les chaussures.

27. Alors, comment sommes-nous passés de l’expression « fermeture séparable » à « fermeture à glissière » (zipper en anglais) ? Encore une fois, on doit ce terme à B.F. Goodrich. D’après l’histoire, un cadre aurait utilisé l’expression « zip ‘er up», inspiré par le bruit que fait une fermeture à glissière quand elle est tirée vers le haut. Le nom est resté.

28. Les boutons ont véritablement résisté à l’épreuve du temps. Les premiers datent de la Préhistoire.

29. Cependant, en réalité, les vêtements ne comportaient pas de de trous pour les boutons avant le XIIIe siècle.

30. Au XIIIe siècle, à Paris, les boutons étaient fabriqués en or, argent, os, bois et en laiton.

31. Aujourd’hui, vous n’avez pas besoin de chercher loin pour trouver un bouton en plastique, mais en 1930, ils commençaient tout juste à gagner en popularité. À l’époque, il était plus facile de trouver des boutons de chemise fabriqués à partir de matériaux tels que les coquillages.

 

Au vu de toute la culture et l’histoire associées aux motifs, à la dentelle, aux fils à tricoter et aux accessoires, il est grand temps que nous introduisions ceux-ci dans le monde de la gestion numérique des couleurs, et dans les garde-robes des consommateurs les plus enthousiastes.

 

Souhaitez-vous en savoir davantage sur la façon dont nous mesurons les « non mesurables » ? Rendez-vous sur datacolor.com/spectravision.