Pourquoi corriger les couleurs de votre appareil numérique

Bien souvent, mettre de l’énergie au début d’un processus offre de meilleurs résultats à la fin. C’est justement le cas lorsque vous corrigez les couleurs d’un appareil numérique avant une prise de vue. Vous pouvez bien sûr ajuster vos images à l’œil nu en post-production. Mais prendre une minute pour capturer une image du SpyderCheckr vous économise un temps et des efforts considérables et vous permet d’accéder à des couleurs précises lors de la post-production.

 

 

Chaque appareil est différent et « voit » les couleurs différemment. C’est pourquoi il est peu conseillé de s’appuyer sur la prévisualisation qu’offre sur l’appareil ou sur des JPEG pour évaluer ses couleurs. Fondamentalement, les appareils photos numériques sont des instruments de saisie dont les capteurs mesurent la lumière et la couleur, y compris à des niveaux si bas que vos yeux ont du mal à discerner ou à détecter les couleurs. Ces informations numériques doivent également s’intégrer au gamut (les espaces colorimétriques et la gamme de couleurs disponibles) d’un moniteur, d’une imprimante ou de tout autre équipement de sortie. Pour vous assurer de la précision et de la cohérence des couleurs, vous avez besoin d’un standard de base sur lequel aligner les variations. Les outils photographiques comme le SpyderCheckr ou le SpyderCheckr24 vous facilitent la tâche.

 

B&W

 

Ces deux instruments facilitent l’harmonisation des couleurs entre différents appareils. Ils offrent également des gammes de gris qui peuvent être utilisées pour la balance des blancs dans l’appareil ou en post-production. Les couleurs sont donc plus précises et plus constantes dans votre travail habituel de post-production. Le logiciel d’étalonnage du SpyderCheckr analyse les résultats de votre photo de référence et crée des corrections que vous pouvez ensuite appliquer à votre travail dans Adobe Camera Raw®, Adobe Lightroom Classic® et Hasselblad Phocus®.

 

 

SpyderCheckr propose 48 vignettes de couleurs conçues spectralement qui incluent les 24 couleurs de l’espace standard sRGB (disponibles dans SpyderCheckr24) et des vignettes additionnelles pour les tons chair, les couleurs à saturation moyenne et les teintes quasi-blanches ou quasi-noires, offrant une référence de couleur plus dynamique. La température et l’exposition des couleurs peut varier d’une image et d’une scène à l’autre. Vous pouvez donc utiliser la grande vignette grise comme référence pour la balance des blancs. La création de corrections personnalisées vous permet une utilisation simple et rapide sur plusieurs images partageant les mêmes conditions. C’est là que le temps passé en début de processus paie !

 

Même si la prise de vue de fleurs en macro dans votre jardin n’est pas le plus exigeant des genres photographiques, le résultat montre d’ores et déjà à quelle vitesse les couleurs d’une image peuvent dévier de l’original sur un seul et même appareil (Canon EOS RP). Les tonalités de cette marguerite ont été interprétées de façon beaucoup trop intense par le Canon EOS RP. Les couleurs dévient vers le rose avec une saturation trop importante. Il faut alors beaucoup d’efforts et d’expérience pour les corriger en post-production numérique. Avec le vert et d’autres nuances intenses, les systèmes automatiques – même les plus modernes et les plus chers – trouvent leurs limites.

 

Mais avec le Spyder Checkr 24, vous pouvez atteindre vos objectifs sans détour. Il vous suffit de prendre une image de référence, de la recadrer dans Lightroom, puis de vous lancer dans la balance des blancs. Chargez alors l’image recadrée dans le logiciel Spyder Checkr pour créer un préréglage que vous pourrez charger dans Lightroom. Il vous suffit alors de quelques clics pour l’appliquer à toute une série de photos. Cette marguerite retrouve immédiatement ses couleurs. Par ailleurs, même si l’on a tendance à l’ignorer, la correction métrologique permet d’accentuer un peu mieux les détails, ce qui peut s’avérer important si l’on photographie une robe de mariée, par exemple. Il est ensuite possible de modifier les couleurs de l’image en fonction de ses goûts, mais le point de départ offre les teintes justes, ce qui est essentiel.

 
 


Le sujet capturé avec le mode automatique de l’appareil


L’image enregistrée en RAW et corrigée avec le Spyder Checkr 24

 
 


Image de référence du Spyder Checkr 24